3. HISTOIRE D'UNE TUILERIE. (paru ds BM5 de juillet 97)

   

 

Le mercredi 30 octobre 1974 vers 21 heures, un brasier géant enflamme le ciel de Grandvillers : la tuilerie est en feu…. L'incendie parti de l'atelier de séchage (échauffement d'un ventilateur) trouve un combustible de choix parmi les nombreux liteaux de bois sur lesquels sèchent tuiles et briques, et envahit rapidement l'ensemble de l'usine. La grande bâtisse principale de deux étages et d'une surface de 400 m2 va brûler en moins d'une demi-heure malgré les interventions conjuguées des pompiers de Bruyères, Rambervillers et Epinal. Ce sinistre va laisser une quarantaine d'ouvriers sans emploi et un tas de ruines, verrue inexorable qui subsiste encore aujourd'hui à l'entrée ouest du village. 
                              __________________________________

    

Les origines de la manufacture de tuiles de Grandvillers se trouvent aux confins des années 1865-1870 lorsque monsieur GUERIN, un riche industriel, fonde cet établissement sur une terre connue depuis longtemps pour sa richesse en argile et jadis exploitée ponctuellement par quelques potiers et maçons.

                                                                                                                              Associé d'abord à un nommé                                                                                                                                                 MOUCHETTE, M. GUERIN                                                                                                                                                   embauchera ensuite deux jeunes                                                                                                                                           cousins, les frères Edouard et Charles                                                                                                                                 BASTIEN, et formera avec eux la                                                                                                                                           société GUERIN et Cie. Très vite,                                                                                                                                         l'entreprise va prendre de l'ampleur,                                                                                                                                   collectionnant les récompenses et                                                                                                                                         médailles pour la qualité de ses tuiles,                                                                                                                                 briques et tuyaux en grès lors des                                                                                                                                         expositions universelles, et commerçant dans tout l'est du pays. La terre glaise, extraite d'une carrière à ciel ouvert, est alors transportée dans des chariots sur rails poussés par des hommes jusqu'à l'usine toute proche. La tuilerie emploie à cette époque une centaine de personnes et fait vivre une bonne partie de la communauté grandvilloise et les nombreux cafés situés à proximité.

     Après 1883, une nouvelle société est formée sous la dénomination Edouard BASTIEN et Cie, dirigée par les deux frères jusqu'au décès d'Edouard en 1896. A l'orée du 20ème siècle, Charles BASTIEN prend donc seul les rênes de l'établissement dont la raison sociale devient BASTIEN et Cie et dont la prospérité et le développement  sont assurés grâce à la sagacité et à l'opiniâtreté de son directeur. Ainsi il acquiert en 1902 la tuilerie de Deyvillers et en 1904 celle d'Aydoilles. En 1902 M. BASTIEN est élu maire de Grandvillers et il en demeurera l'administrateur jusqu'à sa mort en 1923 ; il deviendra également conseiller d'arrondissement…

 ___________________________________________________________________

      C'est en ces temps reculés d'avant-guerre qu'est acquise une machine à vapeur, ancêtre de nos tracteurs, destinée à rouler sur les chaussées de terre et de pavés et à tirer les remorques emplies de tuiles jusqu'à la gare de Bruyères. Cet engin surnommé "la Mignonne" s'avère très bruyant et nécessite la présence permanente de deux "flanqueurs" (les chiens), bondissant  à l'approche d'attelage à chevaux

pour tenir les bêtes apeurées par le

passage du convoi tonitruant…

Cette nuisance sonore et la détérioration

de la chaussée vont bientôt rendre le

train routier indésirable à Bruyères et

la manufacture devra alors transiter

par la gare de Brouvelieures pour

expédier ses produits céramiques.

A cet effet, un sentier traversant les

prés entre l'Ecrevisse et Pointhaie

(le chemin des sables) sera aménagé

en route carrossable afin de créer une

voie d'accès direct vers Brouvelieures…

ce que les commerçants de Bruyères

avaient toujours refusé jusqu'alors !

Ce tronçon de contournement deviendra

un jour portion de la nationale 420.

En 1913, un accident de la circulation au croisement de la route de Viménil sonne le glas de la Mignonne. Le véhicule se renverse dans le fossé et se couche contre un tas de paille et de foin qui aussitôt s'enflamme et provoque l'incendie et la destruction de le "locomobile". Il y aurait eu une autre machine plus grosse qui l'aurait remplacé pendant quelques mois avant d'être réquisitionné pour la grande guerre et de disparaître elle aussi. Plus tard, les nouveaux convois de marchandises partiront de l'usine, tractés par un attelage plus traditionnel d'une douzaine de chevaux ou de mulets !

___________________________________________________________________

       

Tandis que son fils Georges  prend en main les tuileries d'Aydoilles et Deyvillers, M. Charles BASTIEN quitte la direction de l'établissement de Grandvillers en 1912 pour laisser la place à ses deux neveux. L'entreprise prend alors la dénomination "les gendres d'Edouard BASTIEN"; mais c'est surtout Paul DEPIERRE qui conduit la société et lui donne une nouvelle impulsion pendant la période entre les deux guerres. En digne successeur de son oncle, il développe les activités, élargit la gamme

de produits céramiques et conquiert de nouveaux marchés. Arrêtée lors du second conflit mondial durant lequel M. DEPIERRE perd malheureusement son fils, l'entreprise repart après 1945, profitant de l'élan de reconstruction d'après-guerre. Ultérieurement cependant, la production va stagner, voire régresser, sans doute victime d'une concurrence de plus en plus vive des fabriques de tuiles mécanisées et de l'apparition de tuiles en ciment et autres parpaings. La société est alors dirigée par M. DEBORDE, le gendre de Paul DEPIERRE. En 1965, elle est rachetée par un jeune entrepreneur, M. Hubert POIGNON, lui-même lointain petit-neveu de G. BASTIEN, qui tente de relancer l'activité industrielle du site. Il s'associe alors aux établissements Oscar LESAGE de Mulhouse et reste directeur de l'usine de Grandvillers jusqu'à ce fameux soir d'octobre 1974 où il contemple, à l'instar de ses ouvriers, l'étendue des dégâts considérables et immuables, témoins de l'effondrement d'une entreprise familiale qui a fait vivre des centaines d'hommes et de femmes pendant près d'un siècle…

08-12-1996

ouvriers
ouvriers

press to zoom
ouvriers
ouvriers

press to zoom