Chronique n°23  (inédite)

 

La procession de Notre Dame

du Grand Retour

Venue du Pas de Calais où elle est vénéré depuis le moyen age, une statue de la Sainte Vierge sur une barque va provoquer, à la fin de la deuxième guerre mondiale, un élan de mysticisme et de religiosité dans notre pays ravagé et en quête de nouvelles espérances.

De 1943 à 1948, quatre reproductions de la Vierge de Boulogne, appelée aussi « Notre Dame du Grand Retour », chacune montée sur un char, parcoururent 120 000 Km à travers la France, visitant 16 000 paroisses, en provoquant un renouveau de foi et de prières sur son passage et de multiples conversions.

 La statue de la Vierge portée sur un bateau s’accompagnait d’une demande de délivrance de la France qui prend tout son sens dans le contexte de la fin du second grand conflit mondial.

 

 

 

 

 

 

 

 

A Grandvillers, son

passage a lieu  en

1946, toute la population

l'accueille et la vénère en une longue procession traversant le village. Des guirlandes, des haies d'honneur, la musique et toutes les autorités municipales sont rassemblées autour de cette barque de Boulogne sur Mer qui finit sa course à l'église où est célébrée une                                                                                           messe en son honneur                                                                                      d'autant que la paroisse                                                                                      du village lui est dédiée                                                                                      depuis quelques années                                                                                    et que les traumatismes                                                                                      de la guerre sont encore                                                                                    bien vifs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour financer toutes ces cérémonies et recueillir un peu d'argent pour les oeuvres de reconstruction, des dons  sont effectués et des napperons brodés à l'effigie des familles  seront alors vendus  au Grandvillois.

 

J. Strubhardt  28-09-2013

Remerciements à Rose MOREL et M-Claude LECOMTE pour les renseignements et les napperons...                                                                                   Documentation internet http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1983_num_56_1_2287

histoire précédente